Les liens malgré tout…

Suite à cette étrange, dense, alchimisante parenthèse, nous avançons vers un demain plus cohérent et pouvons aussi glisser un regard émerveillé sur ces deux mois écoulés.

Paysans, nous sommes inconfinables! Lorsque toute la vie est en lien dés le matin avec la terre, les plantes, la nature environnante, le jardin, jamais nous ne sommes enfermés. L’esprit voyage loin et voit des lendemains qui chantent l’Humain, le sobre, l’Essentiel.

Que cette période a été belle. C’est étrange. Nous étions loin les uns des autres et les salons n’ont pas eu lieu. Et pourtant. Et pourtant… Il y a eu, ici l’expérience d’un élan de solidarité immense. D’ici, de là, de là-bas encore, vous nous avez envoyé des messages, des mots doux, des émotions de gentillesse et de curiosité qui nous sont jusqu’ici parvenus. Vous avez souhaité continué à vivre de jolis instants, goûté le nectar nouveau-né, partagé, soutenir, découvrir, se lier, être là. Les flacons ont voyagé à travers l’hexagone et même plus loin et avec eux, nos cœurs paysans enchantés, rassurés.

Un cliché arrivé du Rhône et un autre de York en Angleterre. Les flacons ont voyagé pour nous…Nous nous sommes rencontrés autrement. Les limites ne sont que mentales, le Monde et la solidarité sont nos terres de liens, de partages, de tous les possibles…

 

 

 

Une question de Taille!

La terre se modifie au rythme de nos illogismes, de nos indécences. Il fait chaud et l’hiver n’est pas venu. S’adapter, chouchouter les plantes pour qu’elles passent le cap. Quand tailler? C’est une question de taille!

Nous avons démarré tardivement. Seule la pré-taille avait eu lieu en Janvier. Nous avons doucement démarré la suite début février sur les vignes qui débourrent le plus tardivement et les moins gélives. Les autres seront taillées fin avril pour autant que possible amener la vigne à garder l’équilibre.

 

 

 

 

Toujours, nous taillons chaque pied à sa mesure et selon sa capacité, nous leur chuchotons des mots doux et badigeonnons chaque plaie de taille avec de l’argile, de la bouse et des tisanes. Elles adorent ça. Main, douceur, attention…

Petit plaidoyer d’autonomie, de liberté, de sens..

L’automne est une saison d’une telle générosité que j’ai besoin d’écrire. J’ai besoin de partager avec vous notre expérience depuis plusieurs années, si loin des messages de manque venant des médias.

Nous nous sommes remis au rythme de la nature depuis plusieurs années et je ne sais plus où donner de la tête et des mains tant l’abondance est grande en ce moment.

Un petit tour en forêt et ce sont les champignons et les châtaignes qui nous tendent les bras. Des châtaignes, quel cadeau. Certains anciens l’appelait le pain de leur région. Elle a nourri des générations et permis de survivre dans des moments difficiles et elle ne manque pas. Les châtaigniers, même abandonnés, donnent tant d’eux-mêmes. Soupes merveilleuses, pâtés, gâteaux, tartes…En ramasser une belle quantité permet de s’assurer  bien des repas délicieux et diversifiés!

Au printemps, ce sont toutes les salades sauvages qui peuvent nous permettre de passer des semaines avec un beau saladier de vert et de couleurs empli de saveurs et de bienfaits: pissenlits, doucette, ail des ours… Et l’ortie, quelle merveille. En soupe, tarte, pesto. Elle nous nourrit, nous rassasie, nous fait un bien fou!

Et les plantes aromatiques (thym, romarin, sarriette, menthe…), les fleurs pour colorer nos plats, prendre soin de notre peau, nos cheveux, nos émotions.

Qu’il est bon de se remettre en lien avec l’écho de Dame Nature et de ses rythmes, ses offrandes. Un panier, une marche en forêt, des trésors ici et là. Le temps de préparation à la maison. Quel beau message pour nos enfants. Que c’est simple et rassurant.

En choisissant le métier de vigneron sur une petite surface, nous avons aussi accepté le fait de diviser drastiquement nos revenus financiers mais de prendre le temps. Le temps de faire notre jardin, le temps des cueillettes sauvages, des transformations, le temps de prendre soin de notre santé. Le temps de cette richesse là qui est sans prix. Le temps de retour vers la liberté et l’autonomie.

Si vous veniez nous voir, nous partagerons avec vous nos connaissances des plantes sauvages, des recettes…La transition de Vie peut aussi commencer par les gestes les plus simples et élémentaires….se nourrir le corps et l’Âme.

 

Panser les plaies de la vigne et préparer demain

Bel hiver à toutes et tous!

Nous avons commencé la pré-taille en Janvier et la taille il y a quelques jours.

Chaque pied de vigne connait un regard pour ce qu’il souhaite, son bien-être en fonction de ses forces et faiblesses.

Des amis nous accompagnent jour après jour, un pinceau à la main pour appliquer le baume que nous préparons chaque matin, un cataplasme à base de bouse vache, d’argile, de décoction de prêle et de propolis. Un geste d’amour pour les plantes dont nous avons la responsabilité.

Les résultats de renforcement depuis 4 années sont magnifiques.